EPIGENETIQUE et GENETIQUE

  1. GENETIQUE : Structure du gène Eucaryote et du gène Procaryote, la Transcription, le Code génétique et la Traduction. (04:46)

 

 

 

 

  1. GENETIQUE : la réplication de l’ADN. (02:06)

 

 

 

  1. GENETIQUE : Structure de l’ADN & Polymorphisme. (02:26)

 

 

  1. GENETIQUE : Structure d’un gène. (01:01)

 

 

 

  1. Chapitre 2 – 4ème Partie : L’expression de l’information génétique.           (01:24:28)  Cours de Biologie du DAEU-B

DAEU B – Cours de Biologie
Chapitre 2 – La cellule, unité de base du vivant
4ème Partie : L’expression de l’information génétique.

 

 

 

  1. 5 questions au Dr J.M. Lemaître : 3-Qu’est-ce que les télomères ? (01:46)         EXPERT INSIGHTS de Helena Rubinstein

Aux extrémités de nos chromosomes, les télomères protègent notre ADN. Découvrez avec Jean-Marc Lemaître, Directeur de recherche à l’Institut de Génomique Fonctionnelle (INSERM), ces incroyables « gardiens de jeunesse ».

 

 

 

 

 

 

  1. La Fontaine de jouvence par Anabelle Decottignies.  (59:20)          de Académie de Médecine

La Fontaine de jouvence se cache à l’extrémité de vos chromosomes : une histoire sans fin.

Les télomères protègent les extrémités chromosomiques des cellules en division, leur permettant d’éviter l’entrée en sénescence. Le maintien des télomères est crucial lors du développement embryonnaire et, après la naissance, pour maintenir la jeunesse des cellules souches, chevilles ouvrières du renouvellement tissulaire. Avec l’âge cependant, nos télomères s’érodent et le capital de division de nos cellules souches s’épuise. C’est ce qui explique par exemple les problèmes d’immunité ou l’apparition de cheveux gris.

 

On sait également depuis peu que certaines maladies, baptisées téloméropathies, sont liées à un défaut de maintien des télomères, ce qui entraine un vieillissement prématuré chez ces patients.
L’érosion des télomères est-elle inéluctable ? Peut-on espérer les protéger en adaptant notre hygiène de vie ? Ces questions sont débattues à l’heure actuelle et je me propose de les passer en revue dans la première partie du cours.
D’autre part, la plupart des cellules cancéreuses parviennent à retrouver la capacité de maintien de leurs télomères qui caractérise les cellules souches embryonnaires. Cette acquisition assure à la tumeur un capital de division illimité et, ironiquement, une « jeunesse éternelle ».

 

Sans surprise, cette découverte, couronnée par un Prix Nobel de Médecine en 2009, a tracé le chemin vers le développement de nouveaux traitements anti-tumoraux ciblant les télomères, véritables talons d’Achille des tumeurs.

 

Dans la deuxième partie du cours, on vous présente les derniers résultats des thérapies ciblant le maintien des télomères, notamment dans le traitement des cancers du sang.
Alors, les télomères : amis ou ennemis ?

 

 

 

 

  1. Ouverture du colloque du 21/11/15.   (04:49)     de Centre Ressource Aix

 

 

 

  1. Les bases de la génétique.  (colloque 21/11/15)   (01:43)          de Centre Ressource Aix

 

 

  1. Cancer et génétique. (colloque 21/11/15)   (01:56)      de Centre Ressource Aix

 

 

 

  1. L’ EPIGENETIQUE. (colloque 21/11/15)   de Centre Ressource Aix

 

 

  1. LA GENETIQUE AU SERVICE DE NOTRE SANTE. (colloque 21/11/15) (01:13:39)       de Centre Ressource Aix

 

 

 

  1. PROTEGER NOS GENES. (colloque 21/11/15).   (35:55)          de Centre Ressource Aix

 

 

  1. Epigénétique. Nous sommes ce que nous mangeons ! (42:55)

Le terme épigénétique définit les modifications transmissibles et réversibles de l’expression des gènes ne s’accompagnant pas de changements des séquences nucléotidiques. Ce terme qualifie en fait ce qui résulte de modifications de l’ADN (par exemple méthylation des cytosines) ou des protéines liées à l’ADN (par exemple histones). Les changements peuvent se produire spontanément, en réponse à l’environnement, à la présence d’un allèle particulier, même si celui-ci n’est plus présent dans les descendants.
Pourquoi deux vrais jumeaux ne sont-ils pas sujets aux mêmes maladies ? Parce que, pensent aujourd’hui les chercheurs, de nombreux facteurs influent sur notre organisme. Et, en premier lieu, l’alimentation. Celle-ci aurait une influence directe sur nos gènes et ceux de nos descendants. On appelle cela l’épigénétique.
Ce type de régulation peut cibler l’ADN, l’ARN ou les protéines et agir au niveau du noyau ou du cytoplasme…

 

 

 

  1. Epigénétique. Nous sommes ce que nous mangeons. (17:27)

 

 

 

 

  1. Epigénétique et mémoire cellulaire.   (55:10)        Leçon inaugurale d’Edith Heard au Collège de France

 

 

  1. Gène : le transmissible et le réversible . (10:40)  par Edith Heard au Collège de France

Edith Heard est titulaire de la Chaire d’ Epigénétique et mémoire cellulaire
Pour plus d’information connectez-vous sur le site internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/…

 

 

  1. Au-delà des gènes : la régulation épigénétique du cerveau à travers les générations. (01:03:48)   de AMSES MARTINIQUE

L’ensemble du matériel génétique (code génétique) d’un individu est porté par l’ADN du noyau et des mitochondries dans les cellules. Il est hérité des parents par les gamètes (ovocyte et spermatozoïde) et détermine l’inné. L’ADN forme les gènes, qui codent pour des protéines, et les séquences inter-géniques, qui sont des séquences non-codantes aux fonctions régulatrices. Bien que contribuant à l’identité individuelle, le code génétique n’est pas l’unique déterminant et le code épigénétique est tout aussi important. Il confère l’acquis. Le code épigénétique (ou non-génétique) est formé par un ensemble de modifications et de marques présentes sur et autour de l’ADN qui contrôlent l’activité des gènes et des séquences non-codantes. Les marques épigénétiques sont multiples et complexes, et sont essentiellement matérialisés par la méthylation de l’ADN, des modifications biochimiques telles que l’acétylation, la phosphorylation, la méthylation, etc sur les protéines histones, et par des ARNs non-codants présents dans le noyau et le cytoplasme des cellules. Elles sont indispensables à l’établissement et au maintien de l’identité cellulaire et permettent à chaque cellule d’acquérir des caractéristiques spécifiques par l’activation de certains gènes et la répression d’autres. Une partie de ces marques est transmise par les parents en même temps que le code génétique, mais la grande majorité est acquise au cours de la vie. Les marques épigénétiques s’établissent en fonction de l’environnement et des expériences personnelles, et contrairement au génome qui est relativement stable et peu modifié au cours du temps, elles sont dynamiques et constamment modulées de façon transitoire ou permanente. Elles varient fortement d’un individu à un autre. Dans le système nerveux, ces marques contrôlent les gènes nécessaires à la formation du cerveau pendant le développement, et déterminent l’activité des circuits liés aux fonctions cérébrales chez l’adulte. Ce cours montrera l’importance des marques épigénétiques dans le cerveau et leur contribution aux fonctions cognitives et comportementales chez l’adulte. L’accent sera mis sur les mécanismes épigénétiques liés aux traumatismes et au stress et sur leur étude chez des modèles de souris/rats. La relation entre le bagage épigénétique de chaque individu et les différences inter-individuelles de susceptibilité au stress sera examinée. Les approches expérimentales permettant de modifier le profil épigénétique d’un individu par des facteurs environnementaux tels que les soins maternels ou le stress traumatique précoce seront décrites ainsi que la conséquence des altérations épigénétiques induites par ces manipulations sur l’individu directement exposé et sur ses descendants. Les dernières recherches sur les mécanismes possibles d’héritabilité épigénétique seront présentées.
Professeur Isabelle MANSUY : Professeur de neuro épigénétique à la Faculté de Médecine de l’Université de Zurich et dans le département des Sciences et technologies de la santé de l’école polytechnique fédérale de Zurich, Doctorat en neurosciences de l’université Louis Pasteur de Strasbourg. Professeur de neurosciences cognitive et moléculaire à la faculté des sciences de la Santé de Zurich. Membre de l’institut de recherche sur le cerveau de Zurich. Membre de la Fondation nationale suisse pour la recherche Membre de l’Académie de médecine suisse. Auteure d’une centaines d’articles de recherches, de revues, de chapitres de livres et de monographies.

 

 

  1. Les chromosomes et l’hérédité : pas qu’une affaire d’ADN. (49:30)         de École normale supérieure

Vincent Colot propose un exposé sur les fondements de la génétique, et notamment sur l’épigénétique, nouvelle branche de la biologie qui s’intéresse aux changements d’expression des gènes transmissibles au travers des divisions cellulaires, voire des générations, indépendamment de tout changement de la séquence ADN.

Vincent Colot est directeur de recherche CNRS à l’Institut de biologie de l’École normale supérieure (CNRS/Inserm/ENS Paris). A réalisé des travaux dans le domaine de la génétique végétale, et celui de l’épigénétique en particulier. Il a notamment réalisé plusieurs découvertes qui ont des portées beaucoup plus larges que dans le seul domaine végétal. Il a été un des premiers à montrer le rôle du mécanisme d’interférence ARN dans la réversibilité des pertes accidentelles de méthylation de l’ADN. Il a enfin été le premier à obtenir une carte génétique fondée exclusivement sur des marqueurs épigénétiques. Grand prix Charles-Léopold Mayer 2013 de l’Académie des sciences.

 

 

 

  1. L’ÉPIGÉNÉTIQUE est la grande révolution de ces dernières années ! (03:48)   par Joël de ROSNAY

Selon Joël de Rosnay, l’épigénétique est la grande révolution de ces cinq dernières années !

La génétique c’est l’ADN :  le Programme du vivant. Pendant très longtemps on a cru que cet ADN ne pouvait faire des variations.
Le programme de la vie ne code que pour 15% des machines outils qui font fonctionner la cellule vivante (les enzymes et les protéines) 15 % !!
Mais alors qu’est-ce que c’est que le reste ? les 85 % ? et comme on ne savait pas on a appelé cela « l’ADN poubelle ».

Maintenant on sait que c’est 85% permettent la fabrication de petites molécules d’ARN qui sont monobrins beaucoup plus courtes que le grand ADN 10, 15 jusqu’à 150 du code génétique et elles circulent en permanence dans le corps et régulent le fonctionnement des gènes.

L’épigénétique est la modulation de l’expression des gènes en fonction du comportement.

Votre comportement quotidien :
1. ce que vous mangez
2. si vous faites de l’exercice physique
3. si vous savez manager ou non votre stress
4. si vous avez du plaisir dans ce que vous faites
5. si vous avez un réseau social et familial qui marche bien.
Ce sont ces 5 éléments combinés entre eux vont conduire à la production dans votre corps de petites molécules qui vont s’accrocher à des enzymes, lesquelles vont rentrées ou être reconnues dans le noyau où il y a l’ADN. Cet ADN est protégé par une gaine appelée histone or l’ouverture de ces histones permet de polymériser l’ADN en ARN messager (qui va permettre de fabriquer les protéines et les enzymes ou non).

 

 

  1. L’EPIGENETIQUE – TAL SCHALLER. (06:06)

Tal Schaller a effectué ses études de médecine à Genève.

En 1974, il crée et dirige la Fondation Soleil, vouée à la promotion des médecines non conventionnelles. La Fondation est reconnue d’utilité publique en suisse et fonctionne à Genève de 1974 à 1994.

En 1990, il a fondé les éditions Vivez Soleil dont le fonds éditorial a été repris par les éditions Lanore.

Il déclare avoir été inspiré par Edmond Bordeaux Székely.

Il a épousé Johanne Razanamahay, avec laquelle il a écrit plusieurs essais.

Il a fondé l’Institut de Santé Globale à Taulignan, une expérience qui a tourné court à cause de démêlés avec les autorités et qu’il raconte dans son livre L’affaire Schaller : condamné puis acquitté. Encore un médecin victime des mafias pharmaceutiques.

 

 

 

 

  1. PRENEZ LE CONTROLE DE VOTRE ADN AVEC L’EPIGENETIQUE. (05:14)         par LUC BODIN

Durant son doctorat en Médecine au début des années 80, le Dr Luc Bodin s’est formé à l’acupuncture, l’homéopathie, la sophrologie et la laserthérapie, qui sont devenues ses principales pratiques pendant son exercice en médecine de ville.

Au cours de ces 25 années d’exercice, il a ajouté à son savoir faire, l’ostéopathie, la mésothérapie, l’oligothérapie, la phytothérapie et la diététique. Le tout fut complété par des formations en PNL, symbolique des maladies, micro-nutrition, micro-immunothérapie, mais aussi en soins énergétiques, magnétisme, chamanisme, radiesthésie, géobiologie, EFT et pour compléter le tout un Diplôme Universitaire en Cancérologie Clinique et une étude approfondie de Ho’oponopono.

Puis, il y a eu tout ce temps passé à classer et à organiser les informations que les revues spécialisées, les journaux médicaux et scientifiques diffusent. Des données indispensables pour comprendre où en est la science de ses recherches fondamentales.

Son chemin l’a amené également à voyager, tout d’abord par un grand tour du monde à la fin de son doctorat en médecine, jusqu’à plus récemment où il est parti à la rencontre des amshis tibétains, des guérisseurs philippins et brésiliens, des groupes de prières et des médecins traditionnels chinois .

Ainsi son étude des thérapies naturelles a permis aux Dr Bodin de confirmer qu’il existait bien d’autres moyens pour aider et soigner les personnes malades et cela en parfaite complémentarité avec les médecines conventionnelles modernes… La faiblesse des uns étant la force des autres.

«Donner un maximum d’informations pour que chacun devienne autonome dans la gestion de sa santé et de sa vie », constitue la route que le Dr Bodin a décidé de suivre à travers ses articles, ses livres, ses conférences, ses ateliers et ses stages. Ce site répond également à ce désir. Car il met gratuitement à la disposition tous, plus de 1400 articles, mais aussi des ebooks et autres documents à télécharger gratuitement.

Retrouvez toutes les vidéos de Luc Bondin sur www.bebooda.org

 

 

 

 

  1. Les pionniers de l’épigénétique en France. (27:24)

Vous avez surement entendu parler de l’épigénétique comme une découverte récente mais en fait les premiers travaux en France datent des années 60 par feu Professeur Georges Halpern à l’hôpital Broussais et ceux de feu Professeur Charles Babinet. Cette vidéo reprend leurs travaux pour leur rendre également un hommage post mortem.

 

 

 

 

 

  1. Neuroplasticité et épigénétique des troubles du spectre autistique. (01:09:26)    de AMSES MARTINIQUE

Généralement il est reconnu que la forte héritabilité de troubles psychiatriques, en particulier pour l’autisme et la schizophrénie, plaide en faveur d’une forte composante génétique. D’autre part, l’augmentation impressionnante de ces affections dans tout le Nord de la planète nous force nécessairement à remettre en cause les facteurs environnementaux et les mécanismes épigénétiques. Dans le passé, les données des études sur les jumeaux monozygotes avaient suggéré une très forte héritabilité estimée pour le taux de l’autisme sup 90%. Cependant, dans les études plus récentes, les estimations de concordance parmi des jumeaux dizygotes ont augmentés et des vastes études de cohorte estiment le risque de partager un même environnement in utero à 30-80% pour les TSA c’est dire plus élevé que le risque génétique, évalué à 14-67%, tout et montrant un grand rôle à jouer des facteurs environnementaux, épigénétiques. En fait, si la génétique continue à prendre de l’importance dans ce domaine, grâce à de nouvelles technologies de séquençage, à l’amplitude considérable et à la puissance statistique des données enregistrées, le domaine de l’épigénétique psychiatrique a largement progressé au cours des dernières années, tout en fournissant un contexte fonctionnel et les moyens pour mieux évaluer les éléments non-génétiques et les facteurs environnementaux qui contribuent à ces maladies émergentes: en particulier la malnutrition maternelle, les adversités au début de la vie, l’immuno-activation, la pollution atmosphérique et des chaînes alimentaires, qui peuvent augmenter le risque des troubles neuro-développementaux et des maladies psychiatriques par des modifications épigénétiques fetal programming. A partir de ces considérations très essentielles un cadre nouveau est en train d’émerger, dans lequel de nombreux troubles neurologiques du développement, en particulier ceux caractérisés par la plus forte augmentation et l’origine héréditaire documentée, comme l’autisme et la schizophrénie, auraient une origine en même temps génétique, épigénétique et environnementale. Dans une telle représentation les facteurs environnementaux qui pourraient influencer la programmation épigénétique fœtale, tout en jouant un rôle prépondérant sur l’augmentation continue de ces pathologies sont les métaux lourds et les particules ultrafines, les pesticides et, probablement, les champs électromagnétiques.
Ernesto BURGIO est diplômé de médecine et de pédiatrie de l’Université de Florence Italie Président du Comité scientifique de l’ISDE International Society Of Doctors for Environment. Membre de la Commission de cancérogénèse environnementale de l’Association Italienne d’Oncologie Médicale. Membre du réseau européen des scientifiques pour la responsabilité sociale et environnementale .Membre de la société européenne de recherche et de prévention sur l’environnement et la santé .Membre du Comité scientifique pour la santé et l’environnement des enfants .
Bibliographie :

Genetic architectures of psychiatric disorders: the emerging picture and its implications. Nat Rev Genet 2012; 13: 537–. What is known about autism: genes, brain, and behavior. Am J Pharmacogenomics. 2005;52:71-92
Autism spectrum disorders and autistic traits: a decade of new twin studies. Am. J. Med. Genet. Neuropsychiatr. Genet.. Genetic heritability and shared environmental factors among twin pairs with autism Arch. Gen. Psychiatry 2011.68, L. The rise in autism and the role of age at diagnosis Epidemiology 2009 , 20, pp. 84–90Andersen SL.
Trajectories of brain development: Point of vulnerability or window of opportunity? Neurosci. Biobehav. Rev. 2003;27:3–
What causes autism? Exploring the environmental contribution Curr Opin Pediatr, 22 2010, pp. 219–225
To what extent do environmental factors contribute to the occurrence of autism spectrum disorders? J Pediatr Neurosci. 2014 Sep-Dec;93:297-8. Roberts, E. M., English, P. B., Grether, J. K., Windham, G. C., Somberg, L.

 

 

 

 

  1. Isabelle Mansuy, ETH Zurich on Epigenetics. (2014 WORLD.MINDS) (14:49)

Professor Isabelle Mansuy from ETH Zurich and University of Zurich, on the new field of Epigenetics. Talk delivered at the 2014 WORLD.MINDS Annual Symposium. Trauma, passed down genetically from generation to generation. Symposium curated by Rolf Dobelli

 

 

 

 

  1. Hérédité au-delà des gènes | Isabelle Mansuy | TEDx Martigny. (13:39)         de TEDx Talks

Dans son talk, Isabelle Mansuy nous expose les avancées de la recherche en épigénétiques. L’Homme n’est pas uniquement le résultat de ses gènes. Isabelle nous présente comment des facteurs environnementaux peuvent nous influencer biologiquement et comment ces influences se transmettent à travers les générations.

Isabelle Mansuy est professeur en Neuro-épigénétique à la faculté de Médecine à l’Université de Zurich et à l’ école polytechnique fédérale de Zurich. Ses recherches ont démontré l’existence de suppresseurs moléculaires dans le cerveau et leur importance dans les défauts cognitifs associés au vieillissement, l’Alzheimer et la neurodégénérescence. Elle a reçu la Médaille du Chevalier dans l’Ordre National du Mérite en France.

This talk was given at a TEDx event using the TED conference format but independently organized by a local community. Learn more athttp://ted.com/tedx

 

 

 

 

  1. Perturbateurs endocriniens : Quel impact sur le développement cérébral ? (45:51)          de AMSES MARTINIQUE

Les perturbateurs endocriniens sont des composés dans l’environnement tels que le bisphénol A, le distilbène et de nombreux pesticides qui altèrent les fonctions du système endocrinien. Les sources d’exposition sont nombreuses, ubiquitaires et difficiles à maîtriser, et leurs conséquences biologiques sont complexes avec des effets délétères sur la santé. Ces effets sont multiples et propres à chaque perturbateur endocrinien tels qu’une altération des fonctions de reproduction, des tumeurs des tissus producteurs ou cibles des hormones (thyroïde, sein, testicules, prostate, utérus, etc), une modification du sex-ratio. Les effets peuvent être visibles dès l’enfance si l’exposition est précoce pour se perpétuer chez l’adulte. Des effets trans-générationnels sont aussi très fréquents car les cellules germinales sont souvent touchées. Les perturbateurs endocriniens affectent également fortement le système nerveux. Ils entraînent des changements cellulaires et moléculaires ainsi que des anomalies de l’expression des gènes conduisant à des altérations du développement cérébral et à des troubles du comportement. Ils altèrent les fonctions cognitives et affectives, ainsi que les comportements sociaux. Des analyses épidémiologiques chez l’Homme ont montré une association entre l’exposition à de fortes doses de perturbateurs endocriniens et un faible quotient intellectuel. Certains des mécanismes d’action ont été révélés par des études expérimentales chez les animaux. Les perturbateurs endocriniens intéragissent avec les systèmes hormonaux, soit directement en se liant aux récepteurs hormonaux cellulaires et en mimant l’action d’hormones telles que les œstrogènes et la testostérone pour s’y substituer dans les mécanismes biologiques qu’elles contrôlent ou en empêcher l’action, soit indirectement en modifiant la production, le stockage, la diffusion et l’élimination des hormones naturelles. Ce cours décrira les principaux perturbateurs endocriniens, leurs mécanismes d’action et leurs effets délétères sur le système nerveux.
Professeur Isabelle MANSUY

 

 

 

 

  1. La révolution génomique / the genomic revolution. (06:59)          de Université de Liège

Lire le génome humain est aujourd’hui une tâche facile et relativement peu coûteuse. Cette technique n’est pourtant pas largement connue du grand public, notamment à cause des questions qu’elle soulève. Pourtant, la génomique pourrait révolutionner la médecine telle que nous la connaissons.

Today, the reading of the human genome is an easy and relatively low cost task. This technique is yet not well know from the general public, particularly because of the questions that it raises. However, genomics could revolutionize the way we understand medicine.

http://www.ulg.ac.be

 

 

 

 

  1. Déterminants précoces de la santé future de l’enfant : Alimentation et épigénétique. (05:04) de FFAS

 

 

  1. De la conception à 2 ans : comment l’environnement et l’épigénétique conditionnent notre santé future ? (02:15:35)           de FFAS

Le 8 mars 2016, le groupe « populations spécifiques » du Fonds francais pour l’alimentation et la santé a organisé une conférence intitulée « De la conception à deux ans : comment l’environnement et l’épigénétique conditionnent notre santé future ? »

Pour répondre à cette question, le FFAS a accueilli Umberto Simeoni (Chef du service pédiatrie du CHUV Lausanne, Président de la SF-DOHaD) et Claudine Junien (Professeur de génétique, INRA UMR Biologie et développement et reproduction, Past presidente de la SF-DOHaD).

 

 

 

 

  1. Epigénétique et environnement. (57:05)    de Institut Curie

Sans système nerveux, ni cerveau, les plantes ont la faculté de mémoriser les changements saisonniers. Comment ?
Grâce à l’épigénétique qui fournit au matériel génétique un moyen de réagir à l’évolution des conditions environnementales. Et les liens entre épigénétique et environnement ne s’arrêtent pas qu’à la flore…
Avec Deborah Bourc’his, chef de l’équipe Décisions épigénétiques et reproduction chez les mammifères à l’Institut Curie.

 

 

 

 

  1. L’organisation nucléaire et l’épigénétique. (35:14)        de Institut Curie

Angela Taddei, chef de l’équipe Compartimentation et la dynamique des fonctions nucléaires.
Elphege Nora, doctorant dans l’équipe Epigenèse et développement des mammifères.
Au cœur de la cellule, la double hélice d’ADN (d’un diamètre de 2 nm) est compactée. Cet enroulement permet aux 2m de matériel génétique de tenir dans le tout petit espace qu’est le noyau cellulaire, mais aussi grâce à des niveaux de compaction distincts, à l’existence de
sous domaines spécifi ques au sein de celui-ci, de contribuer à la régulation des fonctions de la cellule. L’organisation du noyau est une autre source d’informations pour la cellule.

 

 

 

  1. L’épigénétique. Pr Jonathan Weitzmann. Conférence Prolific du 22 novembre 2012. (46:12)      de assoProlific

Association Prolific, conférence sur  l’Epigénitique:
Comment l’environnement modifie les gènes et le destin des cellules ?

 

 

 

 

 

  1. Lamarck sans mon génome : épigénétique moléculaire et culturelle. (01:42:14)    de Université de Liège

Qu’est-ce que l’épigénétique ? Quel gène doit être utilisé par quelle cellule et à quel moment ? Michel Georges fait le point sur la recherche dans ce domaine.

 

Plus d’infos : http://thema.ulg.ac.be/genomique/

Une conférence donnée dans le cadre du module « Enjeux de la génétique et de l’épigénétique » de l’Université de Liège à Verviers.

 

Le seul Régime Hyper-Protéiné sous contrôle Médical strict. Grande facilité de Prescription et d'un Prix abordable.

%d blogueurs aiment cette page :